Pourquoi je n’ai pas de crème solaire

Entre interrogations, expérimentations… et renaissance.

Je vois beaucoup dire qu’ils n’utilisent pas la crème solaire car les ancêtres n’utilisaient pas. Ce n’est pas un bon argument car tout peuple s’est toujours instinctivement protégé du soleil. Si tu ne veux pas protéger ta peau du soleil, c’est ton soucis. A chacun ses problèmes préférés. Ce sont les réalités socio-économiques et culturelles qui différencient les types de protection solaire.

La crème solaire est une protection solaire parmi d’autres, qui appartient aux temps modernes. Toutefois c’est un produit au cœur de débats interminables, entre idolâtrie et diabolisation . La raison et les coulisses de sa conception, les attentes qu’on a envers elle, son évolution, les miracles et anomalies qu’on lui attribue… Bref c’est toute une histoire.

Pour ma part, je n’utilise pas de crème solaire. Mes expériences et mes aspirations font que c’est un produit dont je n’ai pas besoin pour être en harmonie avec ma santé et mon esthétisme en tant que femme.

1- La crème solaire ne colle pas avec ma réalité.

Beaucoup cherchent à comprendre cette fixette sur la crème solaire dans tous les pays du monde. Il n’y a rien de compliqué à comprendre.

On est arrivé à un point où quand tu parles de protection solaire, on pense directement à la crème solaire. Et voila une confusion. La protection solaire est obligatoire OUI mais la crème solaire n’est pas obligatoire; elle est uniquement obligatoire pour les personnes qui ne peuvent pas protéger leur peau autrement (ce qui est le cas d’un grand nombre de personnes apparemment).

L’effet de propagande sur la crème solaire ne peut être nié. Mais vu sous un angle stratégique et moins dramatique, encourager l’usage de la crème solaire pour sensibiliser massivement sur l’importance de la protection solaire est une très bonne chose, surtout à cet époque au climat dérangé. D’ailleurs, cela démocratise la création de protection solaire (notamment de crème solaire) dans certaines parties du monde et c’est moins chère qu’avant (selon les marques). En ce sens, l’Orient (notamment la Corée du Sud) se débrouille plutôt bien en ce moment, faisant complètement oublier les USA. Beaucoup de crèmes solaires des USA laissent à désirer.

Mais qu’est qu’on a développé d’innovant en Afrique (Nord, Est, Sud, Ouest, Centre) pour se protéger du soleil ? Ce n’est pas pour faire la panafricaniste chevronnée qui a une haine irrationnelle envers la mondialisation. En vérité, ce sont des raisons socio-économiques et écologiques qui m’interpellent.

Honnêtement, je ne me sens absolument pas concernée par les recommandations d’un(e) dermatologue qui vit entre la maison et le bureau, probablement toujours véhiculé(e)/transporté(e) et qui s’expose longtemps au soleil que durant ses loisirs (donc par choix en quelque sorte).

Nos différents états physiques et psychologiques au quotidien ne nous offrent pas les mêmes opportunités de préserver au mieux notre peau avec une crème solaire. Utiliser la crème solaire chaque 2h (comme il est fortement recommandé par ceux qui la crée) n’est surement pas un problème pour cette personne. Moi, je n’ai honnêtement pas la tête à respecter le mode d’application correcte d’une crème solaire.

En tout cas, ce n’est pas moi, dehors, qui va appliquer une crème solaire avec mes mains poisseux tout droit sorties de Colobane et qui se sont agrippé aux bus et Ndiaga Ndiaye de Dakar. Activer mon alarme pour qu’il sonne tous les 2 heures aussi ce n’est pas ma tasse de thé. Le chemin vers l’hôpital psychiatrique n’est jamais loin.

Appliquer la crème solaire que lorsque j’ai le temps n’est qu’un faux sentiment de protection et du gaspillage d’argent. Surement les premiers jours je serai motivée, mais cela ne sera toujours pas le cas.

Je veux donc commencer à conditionner mon esprit à être convaincue qu’on est capable de formuler des protections solaires en phase avec les quotidiens communs/lambdas. 

Pourquoi on ne se prend toujours pas en main ?

Jamais au plus grand jamais, des industries cosmétique et pharmaceutique qui s’inspirent de modes de vie étrangères ne pourront pas me condamner à une façon spécifique de vivre. Ce ne sont que des créations d’humains comme moi alors c’est moi qui décide de leur influence sur ma vie. J’utilise la crème solaire si je veux. Je n’utilise pas si je ne veux pas.

Faire une fixette sur la crème solaire importée rend aveugle face à toutes les opportunités que la science nous offre pour concevoir des protections solaires qui collent parfaitement avec nos réalités culturelles et socio-économiques.

Oui, bien sûr il est évident qu’on ne peut pas blâmer un consommateur d’utiliser ce qui est actuellement disponible pour son BESOIN et adapté à ses ENVIES, donc je n’ai rien contre les personnes qui utilisent les protections solaires importées et qui recommandent leur usage. Et on ne va se mentir: même si la majorité des africains connaissaient les pratiques ancestrales pour se protéger du soleil, bah ils ne vont pas les pratiquer. C’est un fait ! La crème solaire (constamment innovée) est sensoriellement plus agréable et adaptée aux styles de vie modernes (on n’est pas dans la forêt, on ne part pas voir sa belle-mère avec un masque anti-solaire à la Wakanda sur le visage). Il y a effectivement un mix entre nos réalités et les apports de la mondialisation dans nos vies. Raison de plus pour se convaincre que l’innovation est plus que nécessaire. Si on veut des protections solaires mieux adaptées à nos vies, tout en valorisant notre patrimoine territorial et culturel, il est absolument nécessaire de faire bouger nos laboratoires cosmétiques et pharmaceutiques en Afrique. Les albinos en ont tellement besoin en plus !

Bon, en attendant, il faudrait aussi plus de modestie de la part d’un grand nombre d’individus. À croire que c’est juste devenu aesthetic de mettre de la crème solaire, de poser le produit un peu partout et de photographier pour poster sur Instagram en nous matrixant avec les fameuses déclarations comme:

  • « Wear sunscreen gurl !!! [Emoji tougn bou weng] »,
  • «  Omg some people still don’t wear sunscreen !?»,
  • « Spf all day ! [ Emoji ongles hautaines] »,
  • « Sans crème solaire, TOUS vos autres produits ne valent rien ! » Ouais avec tes divers sérums et lotions bourrés d’actifs inhibiteurs de tyrosane et exfoliants, tu as bien raison.
  • « N’oubliez pas votre crème solaire, même à l’ombre, même chez vous quand il pleut hihi ! »  Le centre officiellement chargé du cancer aux USA même est étonné d’une telle affirmation. Instagram bourre la tête hein. Et sais-tu vraiment comment fonctionne le rayonnement solaire dans une pièce fermée ? Ah oui… c’est vrai que tu es un(e) skincare addict guru ayant accès toute la science disponible actuellement mais le second chapitre de Physique niveau collège ne te dit rien.

Bref. Je ne comprends absolument pas cet air de supériorité et cette tendance absolument ridicule qui pupule-pulule sur les réseaux sociaux pour de la crème solaire.

La crème solaire: une nouvelle preuve sociale ? Et bien à ce rythme, une étude sociologique s’impose.

Même la dernière des initiées en Skincare se croirait spéciale d’avoir une crème solaire… et op ! Dès qu’elle reçoit sa première crème solaire, direction Instagram pour faire la morale à tous en story !

Je suis vraiment en mode:

 “Brrr doucement ma chérie… Il faut tester d’abord ay ! Pour l’instant, contente toi de reposter le post qui t’a influencée à utiliser la crème solaire si tu veux réellement être utile. Ou bien c’est le post de quelqu’un qui agit comme toi ? Oh c’est vrai que cela ne vaut donc pas la peine d’être reposté. Tiens, voici un peu de science pour bien choisir et utiliser une crème solaire : 

https://morinless.com/lessentiel-a-savoir-sur-la-creme-solaire-guidance-dusage/

Mais non, ne me remercie pas, enjoy c’est gratuit, je connais assez bien ce que je n’utilise même pas car je ne vois pas l’intérêt de fermer mon esprit au monde aux choix des autres.« 

Je peux comprendre qu’il y a de l’ignorance et pas forcément d’intentions sournoises et “Pick-me”. Toutefois, toute cette arrogance et condescendance normalisée, tolérée pour un produit topique, c’est hilarant, ahurissant. Cela nailed nothing at all. Il faut se calmer. Pardon de rien du tout population, il fallait que je parle de ceci !

2- Je veux connaitre le potentiel de ma peau.

Sur ce point, ma véritable préoccupation est quelle éducation apporte l’industrie de la crème solaire à la population ? C’est une question que je trouve légitime en raison du fait que les règles d’application (exigées ou démocratisées) qui se créent autour des crèmes solaires actuelles ne s’accordent pas avec l’équilibre Humain–Nature qui est dans nos gènes.

Moi, voila ce je vois: c’est qu’au fil du temps, nous sommes de plus en plus encouragés à nous déconnecter de la nature, à nous méfier d’elle, et même à penser qu’elle est dangereuse. Et pourtant la nature est une symbiose de molécules qui ne réclame que notre intelligence, notre instinct et notre humilité. Les médicaments les plus puissants du monde sont à notre disposition gratuitement à partir de la nature.

Avons-nous la maîtrise absolue de tout ce qui lie les différents écosystèmes afin de reproduire la nature dans son entièreté ? Nous ne pouvons certainement pas reproduire les puissants aspects curatifs du soleil en raison de l’influence de multiples éléments interconnectés sur Terre. Nous ne pouvons pas non plus reproduire la complexité du récepteur, c’est à dire l’humain.

Tant bien même que des milliers de produits innovants (adaptés à ma réalité) existeraient, je ne veux pas entièrement dépendre d’un produit pour me protéger du soleil.

Que ferions-nous si on n’avait pas accès aux produits ? Le Créateur n’est pas injuste et nous donne toujours des ressources et des signes pour trouver d’autres ressources. C’est ce qui pousse à faire des efforts et côtoyer les nuances de la vie. Pensons-y.

Face au soleil, ma première question est “Comment je peux collaborer avec mon organisme pour ne pas subir les désagréments du soleil ?”

Comprenons qu’on peut apporter à notre organisme les ressources pour profiter des aspects positifs et se protéger des aspects négatifs d’éléments naturels aussi influents que le soleil. Le bon sens et la Science nous éclairent sur ce que nous devons faire.

La peau est conçue pour que le reste de l’organisme ne brule pas face aux rayons solaires. Toutefois, si on compte uniquement sur la peau en tant que barrière contre le soleil, les cellules qui la composent (kératinocytes et les mélanocytes) se sacrifient pour nous protéger. Ainsi, qu’on le veuille ou non, l’évolution de leur intervention crée des désagréments sensorielles et esthétiques.

Face au soleil, voila comment ils se comportent.

  • Les kératinocytes se multiplient pour empêcher les rayons solaires UVB de traverser la peau et d’atteindre les cellules qu’elle protège. De ce fait, au fil du temps, la peau devient terne, épaisse et rugueuse. Si les kératinocytes sont vraiment fatigués, la peau brule.
  • Les mélanocytes protège des rayons ultraviolets (UV) du soleil en produisant de la mélanine (pigment et antioxydant naturel). Les UVB stimulent donc la production excessive de mélanine et les UVA font plutôt cuire la mélanine déjà présente dans la peau, rendant celle-ci plus foncée. Au fil du temps, la peau est terne et assombrie. Si les mélanocytes sont vraiment fatigués, la peau devient flasque et exposée au cancer.

Voici l’effet “garde du corps sans assistance”. C’est pour cette raison que nous devons assister la peau dans sa mission anti-solaire.

Voila comment procéder:

  • on doit consommer davantage les antioxydants car ils sont essentiels pour ne pas oxyder/cuire/rouiller la mélanine, prévenir la vieillesse prématurée et éviter le dysfonctionnement de l’ADN;
  • on doit essentiellement miser sur les anti-inflammatoires pour réduire la stimulation des kératinocytes et des mélanocytes ainsi que pour prévenir les brûlures.

Une alimentation riche en antioxydants et anti-inflammatoires prévient les interventions déséquilibrées de la mélanine et des kératinocytes face au soleil. Ainsi, la peau est bien protégée, douce, largement unifiée et éclatante.

Je ne dis pas qu’il faut uniquement compter sur les anti-inflammatoires et antioxydants pour se protéger du soleil. Il faut simplement comprendre qu’il existe des aspects primordiaux de notre vie qui optimisent notre protection solaire, en dehors de ce qu’on met sur sa peau. La protection solaire est holistiqueCe n’est pas qu’une affaire de soins sur la peau. Une très bonne résistance aux UV dépend de la santé d’éléments essentiels de l’organisme.

Des perturbations et insuffisances déjà présent dans le corps font croire que le soleil est le grand criminel, la racine de nos problèmes. La réalité est que le soleil met juste en lumière ce qui ne va pas depuis un moment. Le soleil ne peut pas causer le cancer à lui seul. Il y a beaucoup d’autres facteurs à prendre en compte.

Avec des dérèglements climatiques, notre protection solaire interne devrait être renforcée mais c’est tout à fait le contraire. On est plus que jamais exposé et on veut nous faire croire que la crème solaire est la solution ultime.

On devrait sérieusement se prendre en main, se demander pourquoi on veut rendre si indispensable une crème née bien après la Révolution Industrielle. Mode Brainstorming activé…

Concernant les anti-inflammatoires, j’ai remarqué que tout l’industrie alimentaire est fait de sorte à ce qu’on ait des carences en Oméga 3. Il n’y a rien concrètement dans l’alimentation actuelle qui apporte de l’Omega 3 ! Comment on en est arrivé là ? Manque d’information ou de sensibilisation ? Quasiment, tout le monde est en carence d’Oméga 3, surtout dans les pays dits « modernes ». On consomme pleins d’aliments qui fragilise la protection solaire naturelle de la peau. Encore un complot entre l’industrie alimentaire et pharmaceutique ? On voudrait bien le croire.

Pour les antioxydants, c’est tout aussi compliqué d’en avoir à cause des types d’agricultures qui n’assurent pas la richesse nutritive des fruits et légumes. Malgré qu’il soit vrai que certains aliments sont encore correctement cultivés, il ne faut oublier que les antioxydants sont des molécules interdépendantes, certains sont incapables de devenir des antioxydants si d’autres sont absents. Ce qui veut dire que les types d’aliments antioxydants doivent être variés (pas forcément nombreux mais variés). Consommer une variété d’aliments correctement cultivés est devenu un luxe des temps modernes: c’est compliqué ! 

Si la crème solaire est un besoin de première nécessité mondiale, pourquoi ce n’est pas aussi accessible que le doliprane ? Et pourquoi c’est de plus en plus entre mains par l’industrie de la cosmétique (sachant que la FDA ne reconnait pas la crème solaire comme un produit cosmétique mais plutôt comme un médicament) ? Il y a trop de choses floues.

Les histoires actuelles de notre société concernant le soleil, ses dangers et ses effets sur le corps humain ne sont pas totalement fausses (le soleil a ses cotés négatifs). Cependant, les informations sont massivement manipulées par l’industrie capitaliste occidentale de la crème solaire pour faire exploser les ventes.

Observons les tendances Skincare. De plus en plus d’actifs exfoliants (en principe exclusivement réservés au personnel médical et aux esthéticiens) sont de plus en plus accessibles au grand public depuis que la crème solaire est mieux connue (hum comme par hasard). Parmi ces actifs, on peut citer le rétinol. On donne des pourcentages exacts aux consommateurs pour qu’ils ne brûlent pas sa peau… mais à défaut de brûler leur peau, ils retirent constamment la couche supérieure de l’épiderme. Ainsi la peau est privée de tous les éléments nécessaires à la maintien de l’hydratation et de la protection. Les consommateurs en font des soins du quotidien alors que l’usage devrait avoir une durée bien définie. Cela a pour conséquence une stimulation excessive des mélanocytes qui assombrit de plus en plus la peau et les UVA ont plus de faciliter à oxyder la mélanine déjà produite en excès. La peau devient très sensible au soleil. Et donc, ce n’est finalement pas étonnant qu’il faille coûte que coûte utiliser la crème solaire pour profiter pleinement des « bienfaits du rétinol » et de tout autre actif photosensibilisant. Cela va continuer ainsi jusqu’à quand ?

Je repose ma question: quelle éducation apporte l’industrie de la crème solaire à la population ?

Chaque fois qu’on nous dit que nous avons besoin de quelque chose fabriquée par l’humain pour survivre, pour être en bonne santé et libres, nous devons nous demander pourquoi. 

3- La peau noire reste incomprise

Je ne compte pas aborder la fameuse théorie de carence en vitamine D que causerait la crème solaire. Une protection solaire ne peut pas donner de carence en vitamine D. Les rayons UVB traversent  la crème solaire et puis, du soleil, il y en a tout le temps (dans une bonne partie de l’Afrique). Au passage, si on veut vraiment bénéficier de la vitamine D, on doit s’assurer de ne pas être en carence de vitamine K: la connexion de ces deux vitamines (D3 et K2) est très forte. On a même besoin de ce duo pour prévenir certains cancers.

Quand on émet des doutes sur la crème solaire, certains se vexent et disent « Heu… mais non… aucune étude ne prouvent la dangerosité des crèmes solaires !». Heu ok… dans ce cas, on peut se permettre de demander quelles études montrent qu’elles ne sont pas dangereuses.

Voyons bien que ces genres de réflexion de guerre par rapport aux études ne mènent à rien car pour l’instant nous vivons tous dans l’incertitude. Il y a des arguments des deux cotés.

Les scientifiques (qui j’espère ne sont pas corrompus) sont en train de continuer leurs recherches. Et à coté, l’expérience de millions d’utilisateurs vient en renfort pour confirmer ou infirmer certains thèses (anti-crème solaire et pro-crème solaire) jusqu’à ce que tout soit clair. C’est toujours ainsi.

Donc, il faut respecter les choix de chacun et n’accabler personne pour ce qui anime ses doutes ou certitudes. C’est normal et international: même parmi les blancs, certains se méfient de la crème solaire alors qu’on leur sort des arguments à priori crédibles pour l’utiliser.

Sauf qu’il existe quand même des arguments pour les peaux noires qui devraient vraiment être mieux étudiés, qui devraient prendre en compte les nuances. Il s’agit de manquements et des maladresses dans la communication qui attestent finalement d’une certaine négligence, d’un manque de sérieux envers ce qui concerne la peau noire (oui disons les termes).

Par exemple, on nous sort principalement l’argument du cancer de la peau auquel les noirs seraient aussi vulnérables que les blancs face au soleil. Cependant cette théorie ne tient pas. Il est 100% factuel et scientifiquement prouvée que bien que le soleil puisse causer le cancer aux noirs, le cancer de la peau chez les noirs apparaît majoritairement sur des parties du corps quasiment pas exposées au soleil. Et cette information n’est pas assez vulgarisée !

Nek niit diotna nak.

On se base sur des expériences majoritairement faites sur les peaux blanches pour faire des affirmations pseudo scientifiques sur les peaux noires. Il n’est pas intelligent/professionnel/crédible d’évoquer principalement le cancer de la peau pour vendre la crème solaire aux noirs.

Soit on veut nous cacher des informations essentielles, soit la peau noire n’est pas vraiment étudiée en dermatologie.

En tout cas, on ne peut surtout pas blâmer une personne noire de se méfier de la crème solaire. Beaucoup ne veulent pas risquer leur santé de leur peau et de tout leur organisme. Je fais partie de ces personnes. Nous avons le droit de douter. Cela ne fait pas longtemps que les personnes noires utilisent la crème solaire, surtout la crème solaire organique, un produit dont la communauté scientifique ne dispose pas encore d’assez de données pour évaluer les effets long terme chez les noirs ( prenant en compte la complexité de la mélanine, les différentes marques et la diversité frappante des noirs).

Et puis même, c’est déjà décourageant de savoir que l’usage et l’arrêt soudaine de la crème solaire rend bien plus foncée et sans éclat (vulnérabilité solaire). Mais est-ce vraiment surprenant lorsqu’on utilise un produit qui veut imiter la mélanine, une puissance de la nature si complexe chez chaque être vivant ?

À quand une dermatologie qui prend en compte la peau noire ? À quand une dermatologie qui explore l’essence même de la mélanine ?

De toute façon, nous n’avons plus le droit d’attendre une réponse étrangère: armons nous de science comme l’a dit Maam Cheikh Anta Diop. Revoyons nos priorités: la science ne saurait se passer d’une spécification raciale de la part des concernés aptes à l’utiliser à des fins collectifs nécessaires. Ayyy c’est moi qui ai parlé gros français comme cela même ? … Molière tu dors toujours !? Mais pourquoi ? Ohhhh pardooon, il faut me valider.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livraison gratuite dans toute la région de Dakar et Thiès à partir de 35 000 Fcfa d'achat

X