Le dermatologue connait la peau, pas ta peau.

Vers qui se tourner ?

Un dermatologue est le médecin spécialiste de la peau, des ongles, du cuir chevelu, des muqueuses de la bouche et des organes génitaux.

La dermatologie englobe également la prévention et le traitement des cancers de la peau, des maladies sexuellement transmissibles.

Il est conseillé de consulter en premier lieu un médecin généraliste afin d’être « convenablement confié » à un médecin dermatologue. Les médecins dermatologues travaillent en collaboration avec les médecins généralistes et spécialistes (gynécologue, gastro-entérologue, endocrinologue, etc).

Le dermatologue est incontournable.

Tout traitement doit être précédé par un diagnostic. Le rôle principal d’un dermatologue est de diagnostiquer les problèmes de la peau. Voila pourquoi il est important de le prioriser en cas de problème de peau.

Savoir quel est exactement son souci cutané avant de chercher une solution est la pure logique.

Il est bien vrai qu’il y a des signes très révélateurs quand il s’agit de la peau. Mais cela peut tromper. On ne peut pas toujours deviner ce qui justifie la présence de taches, de boutons, d’une forte sécheresse, etc. De surcroît, à notre époque de nouvelles maladies cutanées cachent en réalité des tumeurs et autres dysfonctionnements internes.

Le dermatologue interroge le patient sur la nature du problème, sur ses antécédents médicaux et familiaux et son hygiène de vie. Il procède à l’auscultation de la zone touchée par le problème mais aussi d’autres zones où il peut être présent sans encore être visible. Il peut réaliser une dermoscopie pour visualiser la peau en profondeur, ou une biopsie cutanée pour préciser la nature du problème.

Quand une opération est nécessaire, il opère dans un cadre hospitalier, son cabinet n’étant équipé que pour de petits actes chirurgicaux.

En bref, vu l’intérêt de se faire diagnostiquer la peau, écarter le dermatologue est effectivement une erreur. Ce médecin est la loupe de la peau, cet organe fabuleux.

Les limites du dermatologue

Un passage chez le dermatologue est primordial… quand on trouve le bon bien sûr.

Apparemment, c’est le challenge du siècle. On est d’accord… Nous entendons bon nombre de plaintes dont principalement deux.

1- « On ne comprend jamais bien son problème de peau. Le dermatologue explique mal ou ne dit rien. »

En effet, certains dermatologues peuvent diagnostiquer un problème, le révéler et cependant tenir un discours assez ambigu et contestable au moment de proposer un traitement.

Pourquoi ? Eh bien, la dermatologie reste une médecine de convention. On peut supposer ces dermatologues ne font que répéter leurs cours de médecine sans avoir fait de mise à jour.

Malheureusement, on note souvent ce manque de volonté à s’adapter à chaque cas et pousser les analyses.

Ce qui est d’autant plus regrettable, ce sont les dermatologues bien informés qui n’expliquent pas à leurs patients le problème cutané qu’ils ont diagnostiqué. Comme si le patient n’est pas assez intelligent pour comprendre. On ne demande pas non plus une explication longue avec pleins de mots scientifiques, médicaux. Avec pédagogie, on peut expliquer en toute simplicité des choses assez complexes si on les maîtrise bien. Peut-être le manque de temps ou l’oubli excusent certains.

Il est toujours triste de voir des patients seuls face à leurs ordonnances, totalement perdus. Ils se résignent et suivent aveuglément les recommandations du dermatologue, essayant de comprendre les médicaments et produits cosmétiques, sans aucune possibilité de se comprendre eux-mêmes. Le mal-être psychologique dû à cette expérience négative peut même empirer le problème diagnostiqué…

Fort heureusement, des dermatologues professionnels, curieux, sincères et généreux en savoirs, il en existe toujours !

2- « Les produits cosmétiques que propose le dermatologue ne sont pas efficaces. »

Le dermatologue peut recommander des produits cosmétiques inefficaces contre un soucis cutané ou qui l’empirent.

Oui cela arrive malheureusement. Mais c’est compréhensible… Au fait, ce n’est pas son métier de proposer des produits cosmétiques. Le dermatologue prescrit plutôt des médicaments (à usage oral ou cutané).

Alors pourquoi il propose des produits cosmétiques ?  Bon, il y a des cas où il se dit que le patient a juste besoin de soins hydratants, régulateurs ou autres et qu’un médicament serait excessif. Mais vu qu’il n’est pas vraiment au courant de tout ce qui se passe dans la cosmétique, il ne fait pas toujours des recommandations pertinentes ( généralement il conseille exclusivement les marques que les grands dermatologues ont l’habitude de recevoir de la part des marques ).

En réalité, c’est à l’esthéticien que revient le rôle de proposer des produits cosmétiques.

L’esthéticien: un pilier

Un esthéticien est également appelé cosméticien. On le retrouve souvent dans une parfumerie, une parapharmacie ou un spa. Il est connu pour effectuer des soins du visage, des épilations, des maquillages, des massages relaxants du corps, des mains ou des pieds… Il a aussi un rôle de conseil sur le choix des soins et des produits à utiliser par chacun.

L’esthéticien peut être employé comme technicien en esthétique-cosmétique dans un laboratoire ou travailler dans un service de vente de fabrication de produits de beauté auprès d’un cosmétologue.

C’est un métier généralement exercé par les femmes. Celles qui le pratiquent sont souvent nommées conseillère en beauté, masseuse, maquilleuse. L’esthétisme est en effet assez large et tout à fait passionnant. Chaque esthéticien peut se spécialiser.

Malheureusement, il est assez embarrassant que de nombreux esthéticiens, orientés vers la peau, soient toujours les derniers informés sur la peau. Toujours.

Ils propagent des théories cutanées totalement expirées. Ils ne sont pas au courant des dernières recherches scientifiques sur la peau mais sont toujours au courant des derniers produits ou actifs cosmétiques. D’ailleurs, c’est eux qui se chargent de les populariser. Voilà le paradoxe.

La logique est qu’ils doivent être au courant des dernières découvertes sur la peau afin de mieux faire usage de ces nouveaux produits et actifs cosmétiques.

Heureusement, il y en a qui sont très attentifs et pro-actifs. Certaines esthéticiennes sont, par exemple, actives sur Youtube et Instagram pour démocratiser toute la science qui tourne autour de leur travail. On a l’impression qu’elles vivent avec des biologistes et cosmétologues. L’effort qu’elles fournissent pour se documenter et se remettre en question par rapport à leurs pratiques est très réconfortant.

Elles font comprendre que ce métier n’est pas comme il est caricaturé dans le cinéma et les bandes dessinées. Les esthéticiennes ne sont pas des femmes qui font des masques et les ongles à leurs clientes en mâchant un chewing-gum comme des “zombies coquettes et arrogantes qui parlent de futilités”. Elles valent tellement plus que de simples prestataires qui s’amusent avec des potions et des machines.

Un vrai esthéticien écoute les préoccupations des personnes en face de lui avec toute la vulnérabilité et l’objectivité nécessaire pour ne pas faire de recommandations stériles. Il observe de près les choses et réfléchit aux pratiques qui conviennent le mieux. Il peut concocter des soins sur mesure à utiliser instantanément.

Et imagine-t-on l’impact psychologique positif qu’un(e) esthéticien(e) peut avoir ? Le temps, les gestes, l’attention… et l’éducation.

Ce n’est un secret pour personne: dans un système fondamentalement capitaliste, on est facilement complexé de sa vie au point de s’adapter à toutes les tendances qui ne profitent ni à sa santé, ni à ses finances. Le domaine de la beauté et du bien-être est de plus en plus victime des dérives du capitalisme. Pour bien vivre dans un tel système, il est important de toujours s’adapter en étant intellectuellement bien armé. Et justement, les esthéticiens sont ceux qui peuvent transmettre aux consommateurs les bonnes informations ou au moins des pistes de réflexion pertinentes… pour limiter les effets néfastes de certaines dérives marketing en cosmétique.

Les cosmétologues et les chimistes ont bien sûr leur mission de sensibilisation dans cette affaire.

Néanmoins les consommateurs sont beaucoup plus proches des dermatologues et des esthéticiens, surtout des esthéticiens et plus précisément des esthéticiennes.

En vérité, la dimension holistique qu’on veut tant intégrer dans « l’industrie de la beauté et du bien-être » depuis quelques années est entre les mains des esthéticien(ne)s. L’esthéticien occupe une place centrale dans le maintien de la santé cutanée, via la transmission de savoirs, la maîtrise des soins spécifiques et son assistance psychologique « involontaire ».

Un grand merci à toutes les esthéticien(ne)s sincères qu’importe leur domaine d’expertise de la tête aux pieds!


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livraison gratuite dans toute la région de Dakar et Thiès à partir de 35 000 Fcfa d'achat

X